Tribute to "JEUNE FRANCE"

Ensemble vocal à 12 voix de solistes

A cappella

Contact diffusion

Tribute to "JEUNE FRANCE"

Ensemble vocal à 12 voix de solistes

Le Cantique des Cantiques (1952) - Daniel-Lesur
Epithalame (1953) - André Jolivet
Cinq rechants (1948) - Olivier Messiaen

Since the 1950s Marcel Couraud, has commissioned composers Olivier Messiaen, Jean-Yves Daniel-Lesur, André Jolivet, from the “Young France” generation, to produce vocal works seen as “essential to the polyphony of number and color”.

These composers united around a single creed: a struggle to return its humanist values to art, have had a common direction for this choral music, in particular for the writing for 12 mixed voices, a ressource that they have treated as a real orchestra. With the "Cinq Rechants", the “Cantique des Cantiques" or even "Epithalame", the repertoire of the vocal ensemble is experiencing a new boom.

These particularly dense works represent a real tour de force since they use human vocal capacities in a prodigious way, by giving to a relatively limited but very diversified set, colors and timbres of exceptional richness.

They contain a systematic play on the qualities of vowels and consonants, an accentuation of French linked to the use of onomatopoeia, an enhancement of the phonetic function of languages, writing processes ranging from vocalising to shouting with whispers along the way, such is the scope of these works.

Programme recorded - CD avalailable - label Alpha

Olivier MESSIAEN, Cinq rechants

(...) Cinq Rechants, en souvenir du Printemps de Claude Lejeune, dont les trente neuf choeurs rythmés à l’antique ont de tout temps fait mon admiration... Le style mélodique de l’oeuvre et l’esprit qui l’anime sont également issus de la musique de troubadours. Dans les formes de chants de ceux-ci, j’ai spécialement utilisé l’Alba, ou “aube” en français, chant dont chaque strophe se termine par la voix d’un veilleur de nuit annonçant la venue du jour et la séparation des amants... Pour revenir aux troubadours, je me rapproche aussi de leur grand rythme, en opposant des passages vocalisés libres à des durées mathématiquement travaillées, comme ils alternaient des neumes de plain chant et des modes rythmiques mesurés (...). O. Messiaen

Harawi est le premier acte, pour chant et piano, d’un grand Tristan et Yseult, dont le second acte s’appelle Turangalîla-symphonie pour orchestre, et le troisième acte Cinq Rechants pour choeur à cappella (...). O. Messiaen

Le Messiaen d’avant 1943 composait des cycles de mélodies ayant pour centre les problèmes du sacrement du mariage et de la paternité. Le Messiaen d’après 1943 compose une trilogie qui tourne toute entière autour du mythe de Tristan, sur la réalisation de l’amour qui ne peut se consommer que dans la mort.

Messiaen a écrit lui-même tous ses cycles de mélodies. Il accorde à ses poèmes une importance très grande dans son oeuvre; il les met sur le même plan que la musique, qu’il a composée pendant même qu’il les écrivait.

Le texte des Rechants associe des fragments de français surréaliste à des vocables purement imaginaires, inspirés du sanskrit et du quechua (la langue des Incas). Proche du lettrisme, il est constitué de “syllabes choisies pour leur douceur ou leur violence d’attaque, pour leur aptitude à mettre en vedette des rythmes musicaux. Elles permettent d’allier facilement les quatre ordres: phonétique (timbres), dynamique (intensités), cinématique (accents), quantitatif (durées).”

DANIEL-LESUR, Le Cantique des Cantiques

Le Cantique des Cantiques est l’un des plus célèbres livres de l’Ancien Testament. Primitivement, il expose les mystères de l’union de deux pôles complémentaires sur tous les plans. Il se réfère à l’amour physique, sentimental, intellectuel et spirituel. Il décrit aussi l’organisation de l’Eglise intérieure : l’union de Jésus Christ et de ses fidèles. La double consonance, érotique et religieuse a engendré au cours des siècles de nombreuses interprétations. Daniel-Lesur après un travail sur les multiples traductions anciennes et nouvelles a fait une synthèse du poème mélangeant le chant d’amour de deux amants et l’alliance du Seigneur et du peuple élu. Le compositeur utilise des sources et des formes anciennes pour édifier une partition moderne. Le langage musical exulte les voix et sublime la force allégorique du poème.

André JOLIVET, Epithalame

André Jolivet a composé cette oeuvre chorale pour orchestre à 12 voix solistes en 1953 et l’a dédié à sa femme pour leur 20 ans de mariage.
Epithalame, chant nuptial (du grec epi : sur et thalamos : lit) était une sorte de poème composé chez les Anciens à l’occasion d’un mariage et à la louange des nouveaux époux. En Grèce, il était chanté par un choeur, soit de jeunes vierges seules, soit de jeunes filles et de jeunes garçons, avec accompagnement de danses. On le nommait aussi catakoemèse ( de catakoimân, envoyer dormir).
Ici, établi sur es textes sacrés égyptiens, grecs, ou encore hébraïques, sonorités colorées éclatantes, percussives ou suaves.L’oeuvre est composée de trois parties : prélude à la célébration, hymne à la femme, éloge du foyer.