En tournée

50/50 - Janis Joplin / Jimi Hendrix

SEQUENZA 9.3 / TRIO POLYCORDES / CRÉATION 2023

Voix et instrument(s)

Photos
Tournée

  • La Cave - Argenteuil (95)
    Prémices du projet (création printemps 2023) - création de deux petites formes pour effectif réduit (2 voix et mandoline de Fabien Cali / 3 voix et guitare de Carol Robinson) dans une soirée musicale métissée incluant des projets des élèves du CRD d'Argenteuil (département musiques actuelles, classe de mandoline, classe de chant...)
Contact diffusion

50/50 - JANIS JOPLIN / JIMI HENDRIX

Sequenza 9.3 / Trio Polycordes / Création 2023

Des compositeurs aujourd'hui, des transcriptions et orchestrations pour 8 voix et trio de cordes pincées pour rendre hommage et de célébrer un des plus grands moments de l'histoire de la musique populaire, le Festival Woodstock.

Evocation d'une époque
(avec commandes et transcriptions de Claude Barthélémy, Fabien Cali, Justina Repeckaïte et Carol Robinson)

ENSEMBLE VOCAL SEQUENZA 9.3
8 voix mixtes a cappella
direction Catherine Simonpietri

TRIO POLYCORDES
Florentino Calvo, mandoline
Jean-Marc Zvellenreuther, guitare
Sandrine Chatron, harpe

-- PROPOS

Le projet « 50/50 » a pour ambition de rendre hommage et de célébrer un des plus grands moments de l'histoire de la musique populaire : le festival de musique WOODSTOCK, le « Woodstock Music and Art Fair ».

Sequenza 9.3 et le trio Polycordes se plonge dans un travail aux sources mené avec l’un de ceux qui le vécut de l’intérieur, afin de mieux comprendre cette époque musicale, ces années d’expérimentations musicales, l’esprit « pionnier » des différents élans créatifs, l’effervescence d’une des périodes les plus prolifiques du rock.

8 voix a cappella et trio de cordes pincées pour évoquer Woodstock, mêlant créations et expérimentations contemporaines et transcriptions, des grands titres qui continuent de fasciner aujourd’hui encore, de Joe Cocker à Santana, de Jimy Hendrix à Janis Joplin, de Joan Baez à Richie Havens.

Création printemps 2023
En novembre 2021 (report), une soirée Prémices sera organisée avec le Conservatoire d'Argentueil comme un Tribute to Janis Joplin/Jimi Hendrix, en collaboration avec les classes de cordes pincées, de musiques actuelles et de théâtre et de premières créations pour effectif réduit de Carol Robinson et Fabien Cali
Note d'intention de Claude Barthélemy (2019)
Janis, Jimi, Jimi, Janis….ces deux figures sont devenues de telles icônes que l’on a tendance à oublier qu’elles sont d’abord de grands professionnels, immenses arpenteurs du Blues, genre fondateur dont toutes les musiques dites populaires d’aujourd’hui en occident sont issues, à commencer par le Jazz, et le Rock.
Je voudrais souligner aussi leur intelligence : remarquable dans les paroles d’Hendrix, pas vieillies ni datées aujourd’hui, et par Joplin dans le choix avisé de ses accompagnateurs, ses enregistrements témoignant d’une perfection de l’interprétation pas si fréquente parmi les disques de cette époque.
Il sera donc d’abord question de Blues, une manière plus qu'une norme, mais aussi de truculence, d’humeurs multicolores, et j’espère d’humour, et d’émotions bouleversées.
« Oh Lord ! Would you buy me a Mercedes Benz… »

Note d'intention de Carol Robinson (octobre 2020)
Quelque part entre un timbre et un cri, un riff et une plainte, Janis et Jimi sont entrés en nous pour toujours, inébranlables. C’était une époque, les années 70, où tout semblait possible, et puis arrive la vérité acérée de Jimi et Janis, eux qui osaient tester des limites, qu’on laissait tout tenter à notre place, fascinés. J’étais jeune, trop jeune, dans ce monde bien propre de l’American Dream pour avoir la moindre idée d’où pouvait sortir une émotion pareille, mais Janis et Jimi, avec leurs sons inconnus, incongrus, incompris et intrigants, me laissaient entrevoir un monde plus trouble, plus dangereux…
Et maintenant, cinq décennies plus tard, est-ce que les épreuves de 2020 vont nous permettre de retrouver cette urgence sans artifice, sans façade, ce fond essentiel ? Je crois que oui. C’est inévitable. Le projet 50/50 avec les voix audacieuses et les cordes pincées incisives serait pour moi, non seulement un hommage à deux immenses créateurs, mais aussi une transposition de leur expression dans notre présent.

Note d'intention de Fabien Cali (2019)
"Jusqu’à l’adolescence, j’ai été ce que Nadia Boulanger appelait un "dormeur". Une passion pour la guitare électrique, le blues, le rock ou encore le metal m’a sorti de manière très inattendue de cette torpeur et m’a finalement mené jusque ma vie artistique d’aujourd’hui. Après le fourmillement intellectuel des études, le recul et l’expérience me ramènent vers ces musiques et ces artistes qui m’ont portés depuis le début pour intégrer leurs influences dans mon travail de compositeur. Et parmi ces artistes il y a bien sûr Janis Joplin et Jimi Hendrix.
Au-delà de la richesse du répertoire qu’ils ont su créer, ce qui me touche de manière sensible c’est avant tout leur rapport au son, au phrasé, le spontané, le jeu, l’imprévu mais surtout l’énergie brute, sans détour. Tout cela est au cœur de ma démarche et j’espère pouvoir aller encore plus loin au contact des artistes présents dans ce projet.
Autour de textes méticuleusement choisis, la palette de sonorités offerte par Sequenza 9.3 et le Trio Polycordes est telle que les possibilités semblent difficilement épuisables. Les aspérités et le piquant des cordes pincées sont à mon sens parfaitement complémentaires à la souplesse et la densité de l’ensemble vocal. Plus qu’un hommage il s’agira pour moi de créer un moment de musique personnel, puissant et dans lequel les ombres de nos deux icônes navigueront librement."

Note d'intention de Lydie Salvayre
"Je voulais revenir sur ce moment de musique inoubliable, ce moment où, Jimi Hendrix, à Woodstock, le 18 août 1969, joua un hymne américain d’une puissance inégalée.
Parce qu’il avait du sang noir et du sang cherokee mélangés de sang blanc et qu’il était donc à lui seul toute l’Amérique, parce que la guerre au Vietnam soulevait en lui un violent mouvement de refus que toute une jeunesse partageait , parce que sa guitare était sa lady électrique, sa passion, sa maison, sa faim, sa force et qu’il en jouait avec génie, Jimi Hendrix fit de cet hymne américain, jusque là si blanc, si propre et si sage, un véritable évènement.
Je me réjouis de le voir célébré 50 ans après par Sequenza 9.3 et le Trio Polycordes"