Création en cours

MOVING STILL - Processionnal Crossings

CRÉATION BIENNALE DE VENISE 2021 / MARTA GENTILUCCI

Cross-over

Extrait vidéo
Photos
Tournée

  • Via Garibaldi - Théâtre Alla Tese, Venise
    Création de Marta Gentilucci pour la Biennale de Venise
Contact diffusion

MOVING STILL - PROCESSIONNAL CROSSINGS

Création Biennale de Venise 2021 / Marta Gentilucci

MOVING STILL est un opéra vocal spatialisé avec procession en extérieur pour voix chantées et voix parlées

MOVING STILL - PROCESSIONAL CROSSINGS

For four speaking voices and vocal ensemble
Processional work with original texts by Elisa Biagini, Evie Shockley, Irène Gayraud and Shara McCallum commissioned by La Biennale di Venezia

Récitantes / Poétesses : Elisa Biagini, Evie Shockley, Irène Gayraud and Shara McCallum
Voix : Ensemble Sequenza 9.3, élèves du Conservatoire de Musique de Venise (Conservatorio di Musica“Benedetto Marcello” singing class - Venice)
Ingénieur son : Antonello Pocetti curated by CIMM (Centro Informatica Musicale e Multimediale de La Biennale di Venezia)
Direction musicale : Catherine Simonpietri

Note d'intention de Marta Gentilucci (2020)

"Au coeur de la création de cette oeuvre se trouve la question de ce que signifie ou implique le déplacement pour un groupe de personnes, de devoir ou de pouvoir aller ailleurs. Aller ensemble peut prendre différentes formes : il peut s'agir d'un acte religieux, comme une procession, un acte triomphal, comme une cortège, ou une manifestation, une fugue, une migration, être prisonnier, ou encore se cacher et se perdre à l'intérieur du groupe. Toutes ces facettes coexistent et forment le squelette de l'oeuvre.
L'idée est de pouvoir établir un chemin qui explore dans un premier temps les espaces ouverts et poreux, et de définir ainsi le sens d'aller, déclinant la raison d'être de la «procession». Mais aller suppose aussi la possibilité d'arriver quelque part, d'arrêter le mouvement et d'occuper un espace, un lieu clos. Être dans un lieu délimité par un périmètre et des murs, permet de construire des résonances (dans un sens métaphorique et musical), de faire résonner les voix de la manière dont la tradition classique européenne a codifié au fil des siècles, mais offre également la possibilité d'atteindre un lieu protégé où pouvoir dire devient perceptible, personnel, intime.
Le choix d'un ensemble vocal mixte et de quatre voix récitantes permet de développer de manière articulée les différentes composantes du projet. De plus, travailler directement avec des poétesses contemporaines naît du besoin de rendre vivant le texte, présent et pivot de la création musicale. Elisa Biagini, Irène Gayraud, Shara McCallum et Evie Shockley sont des écrivaines très différentes, en terme de langage et d'esthétique, mais il y a au moins un élément qui les unit de manière significative : leur travail sur l'oralité, c'est-à-dire sur l'importance de la transmission sonore du texte, essentielle tant dans la création que dans sa transmission. Ce terrain d'entente permet un travail musical en profondeur sur le texte en tant que son et sur son intégration dans le tissu musical de l'oeuvre entière. C'est encore plus vrai par la présence et la participation des poétesses lors de la performance."